La chrononutrition

La chrononutrition

clock-1130414_960_720

 

C’est une approche de la nutrition basée sur les rythmes de notre horloge biologique et notamment sur les temps de production des enzymes digestives, molécules indispensables à la digestion. La production des hormones et d’autres molécules primordiales est également influencées par les rythmes circadiens.

Quelques repères
petit déjeuner de roi, déjeuner de prince et dîner de mendiant, oui mais … on ne se force pas prendre de petit-déjeuner si on n’a pas faim. On emporte des fruits et des noix pour éviter de craquer devant la machine à confiseries lorsque l’estomac se réveille.

Le matin : du gras et pas de sucre
La production de lipases permettant la digestion du gras est maximale. Ce gras métabolisé sera alors stocké et déstocké pendant la nuit.

Souvent pointé du doigt, le beurre contient pourtant du cholestérol, sa consommation matinale (20 à 30 g) envoie le message suivant à l’organisme « inutile de produire du cholestérol, il est fourni ! » et contribue donc à réguler son taux. Évitez cependant de consommer du beurre le soir.

On observe un pic du taux sanguin de sucre le matin. La consommation de sucres lors de ce premier repas de la journée sera responsable du coup de pompe observé à 11 heures.

Le midi : viandes maigres ou poissons gras, céréales et légumes
Un repas trop lourd vous priverait de votre énergie en début d’après-midi.
La production des enzymes digérant les protéines et l’amidon (céréales) est optimale.

Collation : sucres de bonne qualité (fruits, miel)
Le pic insuline observé risque de baisser fortement le taux de sucre dans le sang entraînant sensation de faim, lassitude et nervosité…Les glucides vont favoriser la production des neurotransmetteurs favorisant sérénité et endormissement.

Le soir : Légumes et poissons maigres
Les cellules ont fait le plein des matières premières indispensables et n’ont plus de besoins. Très peu d’enzymes sont fabriquées pour faciliter la digestion.

Ne pas grignoter la nuit en cas d’insomnie afin de ne pas perturber l’horloge biologique.

Cette approche intéressante, pourra être adaptée par chacun dans une démarche tout à fait personnelle.

Une réaction au sujet de « La chrononutrition »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *